Newsletter     Videos     Downloads     News Archive     Links      

Diapason Magazine
Septembre 2005

JOHN DOWLAND: A Dream

by Philippe Ramin

Avril 2005

nouveauté PLAGE 3 DE NOTRE CD

John Dowland 1563-1626

A Dream. Hopkinson Smith (luth à huit chœurs). Astrée E8896, dist. Naïve (CD : 24,28€). 2004. TT: 1 h 09’.

Awarded a Diapason d'Or

TECHNIQUE: 8,5/10

Belle image sonore. Timbres très naturels. Localisation et transparence excellentes.

La préface donne très joliment le ton de ce récital; s’effaçant modestement derrière la personnalité complexe o Dowland, Hopkinson Smith semble y livrer en creux les clés d’une interprétation patiemment mûrie (cf. aussi Interview p. 16), en tout point complémentaire, car différente, de l'intégrale de Paul O’Dette (HM). Celle—ci, superbement charpentée, merveilleuse sur le plan de la sonorité, parait la subtile polyphonic d’une assurance virtuose, d’une rigueur rythmique toujours séduisante. Confortables et brillantes, les pièces de luth semblaient taillées dans la pierre dure et le métal précieux. Rien à voir avec les étoffes somptueuses que tisse Hopkinson Smith. Sans tourner le dos à d'occasionnelles démonstrations de virtuosité, il privilégie la beauté des courbes, il fait ressortir ici une texture inattendue, là une harmonie savoureuse; il confronte, en sornme, son imaginaire à celui de Dowland. Séduit par un détail de l'architecture, il s’amuse à suivre son parcours au fil de la pièce et convie l’auditeur à ce jeu de pistes.

Dans chaque œuvre, son toucher s’attache à polir une sonorité, à trouver une projection particulière. Le déséquilibre capricieux de Lady Clifton's Spirit bénéficie de cette science du coloris: les appuis idéalement sonnants, la danse à peine suggérée soulignent la subtilité de l’écriture. L’extrême raffinement de la Earl of Essex's Galliard, inspiré de Can she excuse my Wrongs (First Book of Songs), ne sonne pas comme une simple adaptation instrumentale, plutôt comme une transposition poétique de l’air, son reflet à l'expressivité exacerbée. Cet imaginaire si particulier donne un nouveau sens à la mélancolie élisabéthaine; le sourire n’est jamais loin de l'affliction, l’esprit modère les excès de l’abandon: on découvre un Dowland à la fois étonnamment moderne et plus familier que jamais.

 

 

schedule
discography
reviews
biography
contact
home
Facebook
©2003-2017 Hopkinson Smith All Rights Reserved. Privacy Policy. Website by Analog Method.